Assise sur ce grand tabouret

Assise sur ce grand tabouret, pas plus haute que trois pommes, les jambes qui se balançaient freinées par ses deux pieds entrecroisés.
Feuilles et crayola étaient les instruments de la symphonie des temps libres.Je me souviens de ce dessin, il revenait Comme le refrain d’une chanson.
Appliquée, son petit bout de langue ressortait, crayonnant, il ne fallait surtout pas dépasser.De gauche à droite, sa petite main balayait la feuille d’un immense ciel bleu, en laissant place, à ce soleil rieur qu’elle personnalisait, yeux, nez, bouche ne manquaient projetant ses rayons, elle chantonnait…
Glissant sa petite main vers le bas de sa feuille suivant sa perspective du cœur.Elle allait droit à l’essentiel celui de son petit monde.
Sa façon de dessiner, lui donner des ailes pour enfermer tout l’amour qu’elle leur destinait.
Contemplant son œuvre, elle se félicitait de l’avoir terminée.
Ne voulant le montrer, Elle prit soin de le plier en le glissant dans sa petite poche de tablier.
Les saisons passèrent, effaçant les chiffres du calendrier, jusqu’à l’année ou cette petite fille devenue femme sentit rejaillir ce dessin comme une odeur qui nous rappelle notre enfance.
Ce flash qui la replongea dans ce croquis n’était que la vision d’un court instant, celle d’un regard posé sur une photo réalisant que ce n’était qu’un rêve d’enfant ou seule la raison l’avait remportée sur la fiction.

Ce contenu a été publié dans Les Coms d'@nnick. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Assise sur ce grand tabouret

  1. babel dit :

    notre rayon de soleil est de retour. Comme d’habitude, on imagine
    cette petite bonne femme tirant la langue en s’appliquant . Quand on voit ce que tu es devenue, ton dessin n’était pas une fiction, tu es
    ce soleil, qui donne la pêche aux autres. MERCI. Bises

  2. cecilia dit :

    ce dessins me fait encore plus pensée aux sourirs d’enfant, à ce genre de sourir que l’on oublis pas. Ce sourir plein d’espoir, pleins d’amour, de joie de vivre je devrais dire.
    Ce sourir d’enfant est la plus belle chose je crois ….
    Ton article me fais pensé à celà
    L’espoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.